Notre ferme est implantée en zone agricole, actuellement sur 12 ha.

 

Nous travaillons avec une trentaine de reproducteurs effectifs. Ils évoluent dans des parcs de 1200 m², en trio, quintet et troupeau. Durant la saison de ponte, les oeufs sont récoltés au jour le jour et emmenés à la maternité.

 

La période de ponte s’étend d’avril à septembre. L’œuf d’autruche détient plusieurs records : poids, équivalence, coquille, résistance...

 

Chaque œuf est identifié et encodé.

Ils sont mis en attentes en chambre stérile.

 

Un programme d’incubation est lancé toutes les deux semaines. Plusieurs contrôles sont effectués pendant les 42 jours d’incubation.

 

Dans la salle d’éclosion, dès sa sortie de la coquille, l’autruchon est identifié par une micro-puce. Une fiche d’identification est alors créée avec les informations relatives à l’animal.

 

Trois jours après leur naissance, les néonataux iront vivre en nurserie. Les dix premiers jours, ils resteront à l’intérieur, sous surveillance constante.

 

Dès que possible, en fonction du climat, ils profiteront de l’extérieur et de l’herbe dans des parcs adaptés à leur taille.

 

A 30 jours, on constate que les autruchons ont déjà bien profité.

 

90 jours, petits juvéniles. Transfère en pâturage, adapté à leur taille. À cet âge, il est difficile de remarquer précisément un individu. C’est dû à leurs plumes qui forment un camouflage.

 

 

120 jours, juvéniles. Nouveau transfère de pâturage. Ils sont toujours rentrés sous abri pour la nuit.

 

Six mois, ces jeunes autruches appelées hauts juvéniles seront transférées dans les grands parcs d’élevages. Jour et nuit, en toutes saisons, ils vivront à l’extérieur toujours avec le loisir de s’abriter. L’hiver, ils seront nourris de produits naturels cultivés dans la région.

 

Cette façon d’élever nous permet d’avoir des animaux de qualité, robustes et résistants.

 

Les futurs reproducteurs sélectionnés sur base de critères stricts vivent en permanence au pâturage.

Tous nos animaux reçoivent une alimentation naturelle.

Pas de farine, ni d’aliment de substitution, ni de vitamine de synthèse.

Retour en haut de page

Élevage